Lourdeur à bout portant – Street art par hello.klim, Paris

– Pardon d’être désolé, une question me vient.
– Je suis tout ouïe.
– Un point me chagrine dans notre entrevue.
– Dites-moi votre gêne et dissipons la méprise.
– Ne voyez dans mon propos aucune malice, mais voilà, il me semble bien que vous me prenez pour cible.
– Merci de votre franchise.
– Oh ce n’est rien. Tel que je le comprends, la franchise est typique des personnes tenues en joue.
– Votre humilité vous honore.
– Et vous, vous tentez de me flatter, même que j’en ai la jambe gauche qui se disloque de plaisir !
– Quelle satisfaction de pouvoir susciter de telles émotions ! Pour l’affaire qui nous concerne, je comprends votre embarras.
– C’est fort aimable à vous.
– Je vous recommande d’ailleurs d’être étonné d’apprendre que votre remarque ne me surprend pas.
– Ah. C’est étonnant.
– Oui, je partage l’avis que je vous suggérais dans ma phrase précédente, c’est étonnant, voire même c’est singulier.
– Comme la vie est pleine de coïncidences étonnantes, voire singulières !
– Pour tout vous dire, c’est une chose que l’on me dit souvent.
– Que vous prenez les gens pour cible ? Etrange.
– Très.
– Bon, ça me rassure, c’est arrivé à d’autres.
– Mais comment diriez-vous que ça se manifeste au juste ? Il doit bien y avoir quelque chose.
– Eh bien, tout le mérite revient à votre gestuelle et votre outillage impeccables qui ne laissent que peu de place aux interprétations hasardeuses.
– Ne me dites pas que c’est ce pistolet pointé sur votre personne qui oriente votre pensée.
– C’est-à-dire que le canon est convaincant !
– Vous devriez entendre sa musique, un délice !
– Je sens bien qu’il ne me laisserait pas le temps de lui rendre l’écho de son chant.
– Pan pan !
– Le con, il m’a fait peur !
– Désolé… l’appel de la rime.
– J’ai moi aussi l’amour des mots… Mais là pardon, mon sens poétique est rendu timide : j’ai la fleur et vous le fusil.
– Comprenez qu’en me refusant de toucher votre cœur, c’est le mien qui vole en éclats.
– Ça me va très bien comme ça !
– Ratatatata
– Le con…


Street art par @hello.klim

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Vas-y chante, Coco – Streetart par Levalet, Paris

- Bon Coco, j't'essplique. Une brise légère mais réelle met ta chevelure en mouvement, avec souplesse et harmonie sur une musique douce et rythmée,...

Portrait de Baudelaire – Street art par Orticanoodles, Vitry-sur-Seine

J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans. Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans, De vers, de billets doux, de procès, de romances, Avec...

Araignée du soir – Petite Poissone à la Butte aux Cailles, Paris

🎶 Matin pressé, tartines beurrées, Jeans enfilés, joie des mouflets: Court le monde ! Le temps file sans récépissé, Plus de matin, pas de soirée : Outrage à montre ! Et...