La jeune fille & les papillons – Street art par Jef Aérosol à la Butte aux Cailles, Paris

Au-dessus d’elle, le vol silencieux des papillons. C’est sympa les papillons. C’est beau, ça dérange pas.

KO. Complètement KO. Recroquevillée, là, elle se sent bien. La journée passe doucement, sans souci, et elle, pareil.

Le plus gros papillon vient un moment se poser sur son bras droit. Il relève sa manche, bat lentement des ailes, comme ça, dans le vide, pour rien, et repart.

Un autre papillon vole dans son champ de vision. On dirait qu’il la regarde, qu’il claque des ailes devant elle exprès pour attirer son attention, pour obtenir une réponse ou un geste en retour.

Ils commencent à être chiants ces papillons là! Voilà maintenant qu’ils exécutent un survol collectif de son corps… Se sont-ils passés le mot ? Par les antennes ? Elle capte rien.

Elle est juste bien, là, allongée. Même si elle ne parvient ni à bouger ni à parler. La fatigue est sa meilleure amie aujourd’hui. Quoique… Elle y est peut-être allée un peu fort, ce coup-là. Pas grave. Y’a rien de grave.

Elle ferme les yeux et les rouvre, les papillons se dispersent. Elle ferme les yeux et les rouvre, les papillons s’agitent. Elle ferme les yeux et les rouvre, elle entend les sirènes hurler et voit ce mec baraque en blouse blanche lui coller une claque, ordonnant qu’elle reste avec lui. Elle ferme les yeux.


Street art par Jef Aérosol

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

J’ai froid mes p’tits chats – Street art de Kam & Laurène, Paris

🎶 Il fait froid. Jusque dans les couleurs. Jusque dans la demeure. Mais y'a d'la joie. Qui vient qu'j'suis pas penseur. Qui vient m'réchauffer l'ardeur. J'suis en émoi. Chaque fois j'crois à...

La fin du règne des castors – Streetart par Bordalo II, Paris

La ville était infestée et les bestioles grouillaient de partout, pullulant non plus seulement dans les recoins sombres, caniveaux et arrière-boutiques, mais désormais sous...

Welcome to the real world – street art par Oji, Paris

L'une imitait sa démarche. Un autre faisait mine de l'attraper avec une pince, comme dans les fêtes foraines. Un autre imitait devant elle le...