Soeur Suzie – Street art de Kam & Laurène, Paris

Sœur Suzie s’usa, sans s’assurer sans sourciller, sa santé à son hospice à chats de gouttière sans toit, sans se soucier si ceux-ci savaient que ce service qu’ils recevaient ne nécessitait ni pension versée ni suzeraineté de cette saisissante abbesse,

dont hélas l’existence suscita plus admiration que vocation, situation si souvent observée en sacerdoce et mission sacrée, saluable et saluée à la disparition de la sainte personne, occasion de cents oraisons et discours encensants, rendez-vous de cette population croissante, qui de son vivant, a tant souhaité s’investir sans en avoir le temps, mais ça Suzie le sait, c’est faiblesse plus que méchanceté, et sa largesse d’esprit, son âme passionnée l’incite au salut de tous, au-dessus de ce que ceux-ci pensent de leur condition de leurs actions, sa récompense à elle, c’est ses chatons en bonne santé, qui, cela est sûr, à son dernier souffle miauleront ensemble leur tristesse à l’adresse de cette maîtresse qui toute sa vie, plaça toute​ sa foi dans l’espérance de s’éveiller à une conscience supérieure, promesse d’une jeunesse renaissante, soubresauts félins dans la danse des siècles.


Street art par Kam & Laurène

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Forme du cauchemard – Streetart par Florian Marco, Paris

La lumière du jour, grise, éclairait d'un flou étrange la rue dans laquelle j'avançais. Au début, la rue ne semblait pas vouloir admettre de...

L’ingénieur en arc-en-ciel – Palette improvisée et dessin d’artiste inconnu, Street art Paris

Oui, c'est sûr de vot' point d'vue ça peut avoir l'air comme ça comment j'pourrais dire enfin ça doit avoir d'la gueule quoi mais j'vais vous dire au début...

Vie de nerd – Streetart par Alex MAC 3HC & Nezim, Paris

La Sorcière Blanche faisait seule face aux deux gobelins, tandis que le reste de son groupe était occupé à se dépêtrer des toiles géantes...