Témoignages d’enfants hospitalisés – Street art de Vhils, Paris

“J’aime tout à l’hôpital: l’école, la salle de jeux, les sorties, le réfectoire, la psychologue, les activités. Nous sommes allés sur le marché et nous avons fait des promenades dans les bois. Les dîners sont bons.
J’aime aller chez la psychologue: elle est géniale, elle m’aide beaucoup.
J’aime beaucoup les animateurs et les professeurs. L’atelier de peinture m’a beaucoup plu. L’école est finie à 11h10. C’est génial. Il y a plus d’activités que de travail.
Ici, on trouve plus d’écoute qu’à la maison. C’est surtout Elisabeth qui est à mon écoute. Les infirmières sont aussi très attentives à nous.
J’aimerais que les chambres soient décorées davantage pour les enfants.”
– Stéphanie, 13 ans.

“Ce que j’aime : d’être soigné par des gentils infirmiers et infirmières.
Ce que je n’aime pas : j’ai peur des prises de sang.
L’hôpital idéal : un hôpital sans prise de sang.”
– Margaux, 8 ans.

“Je suis à l’hôpital. Et j’ai une commotion cérébrale. On fait des photos de ma tête. La lumière est beaucoup trop claire pour moi. Le jour suivant, la maîtresse de l’école maternelle est venue. On joue avec de chouettes jouets. Et le jour suivant, je peux sortir de l’hôpital. Je suis content que maman soit avec moi.”
Thibeau, 11 ans.

image

“L’hôpital est bien et les infirmières, les docteurs, les instituteurs de l’école sont très chouettes car ils nous soignent très bien et à l’école on fait des bricolages, des dessins, on joue à l’ordinateur et aux jeux de société.”
– Manon, 8 ans.

“Je regarde par la fenêtre de l’hôpital…
Ce qui est chouette: la salle de jeux, la classe, les cartes qu’on reçoit,
toc toc! Les visites.
Pas chouette: les piqûres, les pilules, les sirops, les pansements,
l’armoire à pharmacie.
J’entends le mot hôpital et je pense.. aux personnes que j’ai rencontrées,
à la douleur, au docteur, aux soins, à la peur et aux médicaments…
Bienvenue!”
– Elien, 14 ans.

“L’hôpital….
Je peux dire que c’est presque une deuxième maison.
Pourtant, je ne m’y sens pas très bien.
Parce que le temps passe beaucoup trop lentement.
Les piqûres font un peu mal.
C’est vite fini, ce que je suis content !
C’est dommage qu’il n’y ait pas d’animaux.”
– Delphine, 13 ans.

image

“Les docteurs sont gentils.
A l’hôpital depuis quelques jours.
Ne sais pas pourquoi elle est là.
On fait des recherches (analyses, examens, …) L’hôpital c’est bien mais on m’a mis un cathéter et ça fait un peu mal.
J’ai une belle chambre et maman est là.
J’ai reçu des cadeaux.
Les infirmières et les docteurs sont gentils.
J’aime bien l’école de l’hôpital.”
– Camille, 6 ans.

“J ‘adore ma chambre, qui est très belle. Mais ce que j’aimerais encore plus, ce sont les infirmières, (sans oublier Yan et Audrey) qui
s’occupent très très bien de moi, qui me rassurent quand j’ai peur, qui
me consolent quand je suis triste.
Elles sont géniales !
En plus, elles sont rigolotes et super super gentilles !”
– Morgane, 12 ans.


Street art par @vhils (http://vhils.com/) à l’Hôpital des Enfants Malades de Necker. Au cours de l’édition 2014 des Nuits Blanches, l’artiste réalise ces trois portraits qui se côtoient dans l’enceinte de l’hôpital et font face aux fenêtres des chambres des enfants. Pour accompagner ces portraits, j’ai extrait des témoignages d’enfants hospitalisés, compilés à l’occasion du concours de dessins “Dessine-moi l’hôpital” organisé par l’UNICEF.

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Youri Gagarine, le héros national soviétique, Streetart par Erudiorf au Lavo//Matik, Paris

"Je suis né dans une famille qui ne se distingue en rien des millions d’autres familles de travailleurs de ma patrie socialiste. Mes parents...

Data & love – Vitry-sur-Seine

Il était tard. Sa journée l'avait exténuée. Faim ? Assurément, mais la flemme de préparer quoique ce soit. Sommeil ? Bien sûr, mais hors de...

Survivre par la mémoire – Street art par en2o Place des Vosges, Paris

Contre l'un des murs de la salle à manger, se tient une vitrine. De verre et de bois, discrète, décorée de dorures, elle sert...