L’ombre est un loup pour l’homme – Street art par Agrume, Paris

L’heure était avancée. Une ombre marchait seule dans les rues. À un croisement, elle vit au loin un homme qui la précédait. Inquiète mais curieuse, elle entreprit de le suivre. D’une allure initialement calme, sa marche s’accéléra. Et plus elle accélérait, plus l’homme ajustait la cadence de son déplacement, à moins que ce ne fut l’inverse.

L’homme avait finalement filé furtivement au détour d’une ruelle. À pas de velours, l’ombre le suivit. Elle s’approcha du bord du mur derrière lequel il avait disparu et l’aperçut devant elle. Elle s’immobilisa, tétanisée. L’inconnu se tenait là, sans rien faire. Elle l’observait, la peur au ventre, et lui ne bougeait pas.

Prise d’une envie violente de le chasser, l’ombre bondit tel un prédateur nocturne hors de sa tanière pour l’assaillir. Elle déploya toute l’envergure de ses bras et aboya toute sa méchanceté pour l’effrayer.

L’homme sentant un danger imminent fondre dans son dos fit volte face, terrorisé. Ses mains se placèrent par réflexe devant son visage, résolu à subir une attaque.
Rien ne se passa. La panique passée, il reprit son souffle. Tout était calme.

Un instant, son ombre avait été un loup pour l’homme.


Street par Agrume

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Le chat fait l’escalator – Streetart à Paris

Les jours de beau temps, les aides-soignantes de la maison de retraite Le Parc installent leurs pensionnaires sur la terrasse, dehors au soleil. Vieux...

Free Bird – Street art par Invader & Kesa, Paris

Invader was here, but it's a free bird and this bird you'll never change ! La chanson fleuve du groupe Lynyrd Skynyrd "Free Bird" repose...

Vincent Van Gogh – Streetart par Smile, Paris

"J’ai observé les nombreux photographes d’ici, qui sont comme partout et qui ont apparemment beaucoup à faire. Mais toujours les mêmes yeux, bouches, nez...