La Révolution des Oeillets – Street art par Vhils au Palais de Tokyo, Paris

A 0h15 le 25 avril 1974, la radio portugaise Renascença diffusa cette chanson, Grândola, vila morena, qui marqua le début de la Révolution des Oeillets: le renversement de la dictature salazariste instaurée au Portugal en 1933 et le rétablissement de la démocratie.

Vhils, artiste portugais né en 1987, grave dans les vieux murs des villes les portraits d’anonymes, de gens de tous les jours… Ces mêmes personnes qui sont passées en quelques années de la dictature qui impose le silence à la démocratie et la réappropriation de l’espace public.

🎶
Grândola, ville brune,
Terre de fraternité,
Seul le peuple ordonne,
En ton sein, ô cité,
En ton sein, ô cité,
Seul le peuple ordonne,
Terre de fraternité,
Grândola, ville brune,
À chaque coin un ami,
Sur chaque visage, l’égalité,
Grândola, ville brune,
Terre de fraternité,
Terre de fraternité,
Grândola, ville brune,
Sur chaque visage, l’égalité,
Seul le peuple ordonne
🎶
Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti, ó cidade
Dentro de ti, ó cidade
O povo é quem mais ordena
Terra da fraternidade
Grândola, vila morena
Em cada esquina um amigo
Em cada rosto igualdade
Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
Terra da fraternidade
🎶


Street art par Vhils

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Extrait de « Sapiens » de Yuval Noah Harari : mythes & coopération humaine – Street art par Claire Courdavault, Paris

🇬🇧 "Any large-scale human cooperation - whether a modern state, a medieval church, an ancient city or an archaic tribe - is rooted in...

Réponse de Pixélise – Street art par Invader, Paris

Mon tendre Amoureux Transistor, Ta lettre m'emplit de joie. J'en ai les pixels qui frémissent, le carrelage qui reluit et la colle réchauffée ! Hélas, Hélas...

L’archiviste – Street art d’Alice Pasquini, Vitry-sur-Seine

“Ah oui, je m'en rappelle celle-là ! Trop drôle ! Franchement je m'étais appliquée : choix du lieu, du cadre, de cette belle lumière,...