100
Something is wrong.
Instagram token error.
22/02/2018

Pierre Boulez & le rapport au passé – Street art par Groove, Paris

Michel Archimbaud: « Comment jugez-vous la vie musicale d’aujourd’hui? »

Pierre Boulez: « Il y a beaucoup de routine et peu d’imagination, mais il y a tout de même certains domaines qui luttent pour imaginer des solutions nouvelles. Ce qui me gêne beaucoup, c’est le refuge dans le passé. On étouffe sous l’excès des bibliothèques et je trouve dangereux qu’une civilisation devienne principalement une civilisation de bibliothèques.

Cela me fait penser à la pièce de Ionesco,  » Amédée ou Comment s’en débarrasser? « , où la bibliothèque envahit tout l’appartement, l’espace se réduisant petit à petit. Il s’agit de ne pas se laisser envahir complètement par le passé. Le fétichisme du passé est la preuve de civilisations qui vont en s’affaiblissant parce qu’elles ne croient plus en leur potentiel et qu’elles pensent que les solutions et la vitalité pour aujourd’hui viennent du passé. »


Entretien de Pierre Boulez avec Michel Archimbaud (Folio essais, 2016), lecture enrichissante pour qui s’intéresse aux processus créatifs, à l’histoire de la musique contemporaine (plus spécifiquement le passage du XIXè au XXè siècles), ainsi que l’interpénétration des disciplines artistiques (musique, poésie, théâtre, littérature, peinture). Pierre Boulez (1925-2016) est l’une de nos grandes figures de la musique, compositeur et chef d’orchestre, créateur de l’IRCAM (l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique), directeur musical des orchestres symphoniques de la BBC, de New York et Chicago, explorateur de nouvelles sonorités et mises en scène, notamment de la musique électronique, et Professeur au Collège de France chaire « Invention, technique et langage en musique », de 1978 à 1995.

Streetart par Groove

C’est où?

Vous aimerez aussi