William S. Burroughs – Street art par Invader, Paris

“Artists to my mind are the real architects of change, and not the political legislators who implement change after the fact. ”

“Whether you sniff it smoke it eat it or shove it up your ass the result is the same: addiction.”

“You were not there for the beginning. You will not be there for the end. Your knowledge of what is going on can only be superficial and relative”

“When you stop growing you start dying.”

“You know a real friend?
Someone you know will look after your cat after you are gone.”

“There is nothing more provocative than minding your own business.”

“I am not one of those weak-spirited, sappy Americans who want to be liked by all the people around them. I don’t care if people hate my guts; I assume most of them do. The important question is whether they are in a position to do anything about it. My affections, being concentrated over a few people, are not spread all over Hell in a vile attempt to placate sulky, worthless shits.”


Streetart par Invader, PA-1317 // Retrouvez également un portrait de l’auteur réalisé par Smile.

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Pierre Boulez & le rapport au passé – Street art par Groove, Paris

Michel Archimbaud: "Comment jugez-vous la vie musicale d'aujourd'hui?" Pierre Boulez: "Il y a beaucoup de routine et peu d'imagination, mais il y a tout de...

Au Bout du Monde – Streetart par MonkeyBird, Paris

L'Océan envoyait dans une onde continue ses vagues à l'assaut des pierres du vieux port. Imperturbables, elles se fracassaient en une explosion d'écume blanche,...

L’amour en noir et blanc – Street art de Caroline Desnoëttes, Paris

Si les couleurs devaient disparaître, et que nous ne nous voyions plus qu'en noir et blanc; S'il ne nous restait plus que nos bras pour...