L’esprit vile urbain – Streetart à Paris dans le 15ème arrondissement

Chaque matin, avant de s’élancer dans sa course au bus, il griffe un trait sur le mur de son immeuble.
Condamné au travail, pour encore une bonne trentaine d’années, il compte ainsi les jours. Rituel idiot.

– Qui dérange ainsi mon sommeil ? Qui chaque jour vient gratter à ma porte ? Malheur à celui qui cherche mon réveil.

Chaque matin, avant de s’élancer dans sa course au bus, il griffe un trait sur le mur de son immeuble.
Condamné au rythme d’une vie qu’il ne peut refuser, pressé par les traites de l’appartement, la pension du p’tit, l’impôt sur le souffle, il compte ainsi les jours. Bête coutume.

– Qui donne un contour à mon visage ? Qui chaque jour me dessine trait à trait ? Malheur à celui qui veut me voir prendre forme.

Chaque matin, avant de s’élancer dans sa course au bus, il griffe un trait sur le mur de son immeuble.
Condamné comme tout le monde finalement mais refusant d’être tous les autres, il fait de son égratignure quotidienne sa signature vengeresse et compte ainsi les jours, enflammé. Un calendrier comme un âtre.

– Imprudent, tu as fini de me façonner et ta colère est devenue ma colère. Je m’en vais donc la répandre, moi l’écorché des murs. Car ainsi naît l’esprit des viles urbains.


C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

vers à l’ange – street art par Marie, Paris

Prunelles, qui jamais ne voyez au dehors Ni Beauté éclater, ni Espoir rendre fort, Tandis que frappent sur vos disques, à la fois Tous ceux qui habitent...

Vie et Destin – Streetart par the Night Owl, Vitry-sur-Seine

"Chacune de ses paroles, qu'elle attendait avec impatience, la brûlait. Mais il y avait autre chose dans cette conversation, et cela...

Le banquier – Street art de Philippe Hérard

J'allais prendr’ mon envol, Quand soudain par mon col, Je fus pris par celui Pour qui sablier vaut prix. Street art par Philippe Hérard