La douche froide – Street art 20è arrondissement, Paris

L’eau coulait sur tout son corps, jauni par la vieillesse.

Chaque matin, méthodiquement, elle suivait le même rituel. Elle allumait dans la salle de bain son vieux poste de radio qui se mettait alors à crachoter les informations.

Elle retirait ensuite ses pantoufles, rentrait en chemise de nuit dans la baignoire et fermait le rideau de douche, habillée, de peur que le reste de la petite pièce ne la voit nue.
Son vêtement, elle le jetait depuis l’intérieur de son espace clos, par dessus la tringle, sur une tablette qui se tenait juste sur le côté de la baignoire. Cinq décennies dans cet appartement avaient parfait le geste.

À peine dévêtue, l’eau coulait de la douche. Froide. Toujours froide.

C’était une habitude qu’elle avait gardé de la Guerre.
On n’avait rien, disait-elle. Ils avaient tout pris. Et même après, on a eu le rationnement jusque tard, disait-elle. On se lavait comme ça, c’est tout.
De toute façon, elle n’avait rien gardé d’autre pour elle que les habitudes de la Guerre. Tout le reste était allé aux autres. À son mari volage qu’elle aimait tant, à ses enfants gâtés qu’elle souhaitait gâter plus, à ses vieux voisins qu’elle chérissait sans les connaître.
Aujourd’hui, ils étaient tous partis, chacun son chemin, sous ou ailleurs sur Terre.

Chaque matin, elle prenait sa douche. Froide. Toujours froide, et qui ne lui faisait rien.


C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Three Little Birds – Streetart par Groove, Paris

🎶Rise up this mornin', Smiled with the risin' sun, Three little birds Pitch by my doorstep Singin' sweet songs Of melodies pure and true, Sayin', "This is my message to...

Promenade dans les humeurs – Street art de Seth Globalpainter, Vitry-sur-Seine

Pas du gris le plus noir aux couleurs les plus vives, Quand les ombres les alentours au loin repoussent, L'innocence permet de converser avec tous : Persiste...

La Rose et le Réséda (Louis Aragon, 1943) – Street art par Petite Poissone, Paris

Celui qui croyait au ciel Celui qui n'y croyait pas Tous deux adoraient la belle Prisonnière des soldats Lequel montait à l'échelle Et lequel guettait en bas Celui qui croyait...