Des bulles & des Big Bang – Street art par Alice Pasquini, Vitry-sur-Seine

Des heures. Cela pouvait durer des heures entières. Flanqué du sceau d’eau savonneuse que lui avait préparé sa mère le matin, il restait planté là toute la journée à répéter inlassablement les deux gestes sur lesquels il laissait ensuite glisser son émerveillement.

Il plongeait tout d’abord dans le sceau ce manche en plastique couronné d’un cercle qui retenait dans son périmètre une surface fragile d’eau tendue aux reflets multicolores. Il ramenait le manche ainsi trempé sur la paroi du sceau et tapotait doucement sur le rebord pour le délester de l’excès de savon.
Après quoi, il portait le cercle devant sa bouche. D’un souffle savamment calculé, qui attaquait avec une intensité maîtrisée et suivant un angle précis la lentille d’eau prisonnière du manche, il libérait des dizaines de bulles.

Chacune il les suivait du regard, observant la route qu’elles prenaient, prédisant leur parcours et retenant le point où elles éclataient.
À chaque fois, il essayait de garder en mémoire tous ces chemins et toutes ces fins pour en tirer un schéma d’ensemble fait de trajectoires, toutes issues du même point initial. Quel spectacle ! Comme une bulle d’encre noire déposée sur une feuille blanche sur laquelle on souffle pour faire jaillir des lignes ramifiées de plus en plus fines, qui finissent leur course dans l’épuisement, dessine un point d’impact et ses effets.

À chaque fois un Big Bang. À chaque fois une Création.


Street art par Alice Pasquini

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Le cadeau d’anniversaire – Street art par PolarBear Stencils, Paris

Elle adorait le terrain vague derrière la maison. Aussi ce fut sans hésitation qu'elle s'y rendit pour tester son cadeau d'anniversaire, parcourue de frissons...

Le p’tit gars – Street art de c215, Vitry-sur-Seine

- Bah pourquoi tu boudes ? - J'boude pas, j'réfléchis ! - Tu réfléchis à quoi ? - À l'injustice du monde. - Ah oui ? Ca a...

Jordane Saget commente la visite de sa galerie perso

L'homme aux trois lignes de craie, Jordane Saget, nous accueillait ce soir dans sa galerie perso à Paris et ça valait vraiment le détour !...