Niania chante la steppe – Streetart par c215, Paris 13

La steppe, la steppe tout en rond, le chemin s’étend au loin; dans cette plaine silencieuse, le cœur s’emplit de tristesse.

D’un pas lent, ma Niania adorée effectuait une ronde rituelle qui suivait le rythme de la chanson, toujours la même complainte du cocher des steppes, qu’elle chuchotait à mon oreille. Elle me serrait contre elle. Là au creux de ses bras, dans sa chaleur, elle me berçait dans l’obscurité de la chambre, et nous parcourions ainsi l’immense étendue de la steppe chantée, piétinant les ennemis de la nuit venus agiter mon sommeil. Aucun de ces démons ne pouvaient survivre à la lumière de son chant.

L’odeur familière de son châle fatigué apaisait le plus amer de mes chagrins. J’agrippais ses franges et les enroulais autour de mes doigts pour éteindre les derniers hoquets de tristesse qui me secouaient. Sa main gauche remontait ma nuque et caressait mes cheveux.
La chanson terminée, elle déposait sur mon front un baiser et récitait dans une langue ancienne une prière que je n’entendais jamais en entier, bénédiction invoquée pour le repos calme, délivré des tumultes.

Si la magie existe dans le monde, ma Niania en connaissait les secrets.


Street art par c215, réalisé à Paris dans le 13è arrondissement. J’ai eu la chance de voir ce magnifique pochoir de Christian Guémy à trois reprises : à Paris (présent billet), à Amsterdam et à Lausanne. De ces trois versions, celle de Paris est la plus imposante.

Et voici le chant de la Niania « Степь да степь кругом », que l’on peut traduire par « la steppe, la steppe tout en rond ». Il s’agit d’une complainte triste d’un cocher des steppes, qui meurt de froid dans cet environnement silencieux et demande à son ami fidèle de ramener ses chevaux, transmettre ses respects au prêtre du village et donner sa bague de fiançailles à sa bien-aimée, en lui souhaitant de trouver quelqu’un de bien. Ambiance.

Pensées affectueuses à Françoise.

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

La femme dans l’ombre – Street art de Rénald Zapata, Paris

La fille savait bouger. Dans l'ambiance noire de cette salle, son corps ondulait sur le flot des notes chaudes qui l'emportait dans une danse, au...

Folle de triangles – Street art par Kam & Laurène au Cabinet d’Amateur, Paris

Moi, J'adore les triangles. Les triangles, c'est tellement une forme géométrique qui m'inspire ! Si je pouvais, dans la vie, je ferais triangle. Par exemple, Je me dis...

Ne Crois Pas – Street art par Banksy au Bataclan, Paris

Ne crois pas le monde une auberge - créée Pour se frayer chemin par la griffe et le poing Vers la table où l'on boit et...