Onirisme – Street art de Pejac, Vitry-sur-Seine

Au loin, au fond du jardin, la porte se dessinait peu à peu.

C’était une journée magnifique, ensoleillée, faite de rires, de joie, d’innocence. Chaque brin d’herbe rayonnait de vert. Le bonheur tel que je le conçois.
Puis sur la fin du chemin, le mur, gris, raide, froid, précisait les choses.

Pendant ce temps, aveugle et agité, ses mains tâtonnaient alentour, crispées, nerveuses. Une moiteur désagréable l’enveloppait, celle des chaleurs d’été, celle qui rend les draps inconfortables.
Mais déjà le bruit strident du matin criait.

La porte m’attirait toujours plus, jusqu’à se distordre à mon approche, le monde sur le point de se renverser.
Je portais la main à la poignée et franchissais la porte. Sa main éteignit hargneusement le réveil, et il ouvrit péniblement les yeux.


Street art par Pejac

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Grimaces – Streetart par Mr Renard, Paris

Yeux écarquillés, narines gonflées, bouche en cul de poule. L'instant d'après, l'œil droit à la rencontre de l'œil gauche, langue tirée, mains tendant dans...

Sa Majesté des autruches – Street art par Invader & Matthieu, Paris

Jamais poisson n'avait affiché une telle grâce. Écailles d'or, lèvres pulpeuses, yeux au globe parfait: tout y était. Majestueux, il surnageait la masse ridicule des...

Eux qui Fendent l’Histoire (Actes I, II & III) – Street art par Groove, Paris

Qui comme nous a vu Dans la nuit s'avancer Par l'onde du sentier Le pas d'un Inconnu? Dans sa marche résonne Les siècles et leurs légendes, Dans sa gibecière attendent Les...