Accueil Blog Page 21

La Prisonnière – Street art au Marché des Enfants Rouges, Paris

0
street art au marché des enfants rouges

🎶

Il faisait tard, il faisait soir,
Il faisait froid, il f’sait cafard,
Dans la cellule attend l’espoir.

J’entends tes pas, j’entends ta voix,
J’t’entends arriver chaque fois,
Toi, la lueur qu’on n’attend pas.

Le p’tit gars – Street art de c215, Vitry-sur-Seine

0

– Bah pourquoi tu boudes ?
– J’boude pas, j’réfléchis !
– Tu réfléchis à quoi ?
– À l’injustice du monde.
– Ah oui ? Ca a l’air sérieux…

L’archiviste – Street art d’Alice Pasquini, Vitry-sur-Seine

0

“Ah oui, je m’en rappelle celle-là ! Trop drôle ! Franchement je m’étais appliquée : choix du lieu, du cadre, de cette belle lumière, chaude journée d’un pont de mai, passée au parc avec les éternels amis… Je sens bien que rien qu’à vous le raconter, le sourire me vient aux lèvres.

Concours d’écriture de Mademoiselle Berthelot et la Bibli de Momiji

0

Ce matin au courrier !

Ah si seulement je pouvais vous expliquer à quel point tout, tout dans ce pli était magnifique : l’enveloppe décorée avec les tampons qui ornent le carnet, un mot très sympa signé de l’artiste sur papier cartonné dans le ton et enfin ce carnet, superbe pièce, avec sa double page qui toute entière porte la signature de Mademoiselle Berthelot !

Merci à Mademoiselle Berthelot (page FB et instagram) et La Bibli de Momiji d’avoir récompensé mon texte composé pour leur concours d’écriture célébrant la féminité à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes. Voici donc la chanson “Comme ci, Comme ça” qui raconte l’histoire de l’image présentée ici en photo. La mélodie devrait prochainement suivre !

Témoignages d’enfants hospitalisés – Street art de Vhils, Paris

1
vhils portraits d'enfants à l'hopital necker street art paris

“J’aime tout à l’hôpital: l’école, la salle de jeux, les sorties, le réfectoire, la psychologue, les activités. Nous sommes allés sur le marché et nous avons fait des promenades dans les bois. Les dîners sont bons.
J’aime aller chez la psychologue: elle est géniale, elle m’aide beaucoup.
J’aime beaucoup les animateurs et les professeurs. L’atelier de peinture m’a beaucoup plu. L’école est finie à 11h10. C’est génial. Il y a plus d’activités que de travail.
Ici, on trouve plus d’écoute qu’à la maison. C’est surtout Elisabeth qui est à mon écoute. Les infirmières sont aussi très attentives à nous.
J’aimerais que les chambres soient décorées davantage pour les enfants.”
– Stéphanie, 13 ans.

She’s a rainbow – Street art d’Hopare, Paris

0
hopare street art paris

Mystérieuse ou flippante, la nana de She’s a Rainbow ne sait en tout cas pas se maquiller ! 🎶


Street art par Hopare // Et pour la chanson des Rolling Stones, voici une version illustrée avec les paroles

J’adore mon job – Amsterdam

0
Crédit photo : Yohanan Winogradsky, la voix de l'art urbain

“Mon job ? Je suis consultant critique et démotivation. Mes clients sont généralement de grandes entreprises qui cherchent à écraser le plus possible les ressources humaines à leur disposition.

Vous savez, c’est pas facile facile tous les jours : on conseille, on casse des gens, on brise des rêves… moi c’est ma passion, mais je sens bien que mon activité est source de tensions… ce qui m’arrange au final remarquez, mais faut avoir les nerfs pour l’encaisser.

L’Abbé Grégoire au CNAM – Street art par c215, Paris

0
street art par c215 à paris au cnam portrait de l abbé grégoire

Personnage incontournable de l’Histoire de France, l’Abbé Henri Grégoire (1750-1831) est un prêtre et évêque catholique, ainsi qu’un homme politique, figure emblématique de la Révolution de 1789. L’Abbé Grégoire a laissé une empreinte forte par son engagement : ralliement au Tiers Etat et à l’Assemblée Constituante, défense constante du choix démocratique par le suffrage universel, lutte pour l’abolition des privilèges et de l’esclavage ainsi que l’égalité de droits pour les Juifs.

Traitrise – Street art d’Alessandro Etnik, Vitry-sur-Seine

0

Il enclencha le mécanisme, courut se mettre à l’abri et, s’accroupissant derrière le muret, il pressa ses mains contre ses oreilles. Même ainsi, le bruit de la détonation l’abrutit quelques instants. Mais vite, pas de temps à perdre : le cœur du réacteur était à sa portée et la Garde rappliquerait bientôt.

Passion – Street art de Mademoiselle Maurice, Paris

0
mademoiselle maurice origami street art paris

Dans la rue grise ici
Et l’épaisse nuée,
Flottent les pas pressés,
Se faufile la vie.