100
25/01/2019

Souvenir du violoniste – Streetart dans les rues de Tel Aviv

Le violoniste tremblant, les yeux gris, entame l’air du dernier soir. Le violoniste au sol sans vie git, dans la puanteur du charnier noir.

Derrière les murs habillés de barbelés, couronne d’épines ceignant le front des innocents sacrifiés à la folie de leurs semblables, rien ne résonne que le pas de la Mort. Elle rôde, elle rôde la froide sentinelle, au milieu des montagnes de cadavres. Les notes ne sonnent plus ; éteinte l’étincelle. Seul vibre dans le vent le silence d’une complainte macabre.

Sur l’ancienne colline, le Printemps a refleuri. Les vagues bercent son renouveau ; le sable de ses plages, une multitude ; le sel de ses eaux, hier larmes endeuillées de cœurs qui entonnent dans les jours et les jours l’Espoir. Les violons orphelins, le luthier les accueille au retour de l’exil. À son atelier, le travail de ses mains répare leur dignité fragile.

Et leurs cordes, et leur bois, et leurs ouïes, et leurs courbes, leurs aiguës, et leurs graves, tout exulte ; les instruments vivent ! Au-delà des mers et leurs abîmes, à travers la Terre et ses ténèbres, partout dans le vaste monde, se déversent leurs notes de joie et leurs notes d’or, leurs notes qui en mille concerts le Souvenir honorent.


Street par artiste non identifié à Tel Aviv

Souvenir de la Shoah et Violins of Hope

Ce texte « Souvenir du Violoniste » est la deuxième partie d’un texte qui illustre deux pochoirs représentant des violonistes. Vous pouvez lire la première partie « Enfant Génie« . J’avais trouvé le premier de ces pochoirs signé par Jef Aérosol à Bruxelles. Ce deuxième pochoir se trouve dans une rue à Tel Aviv. J’ai trouvé sa simplicité d’une très grande beauté : simple forme blanche peinte à l’intérieur d’une tache colorée sombre.

Ce dimanche, 27 janvier 2019, marquera le 74è anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’Armée Rouge en 1945, date qui a été retenue comme journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. J’ai récemment découvert le travail d’Amnon Weinstein et de son initiative Violins Of Hope, établie à Tel Aviv. Il est luthier et collectionne les violons des victimes de la Shoah, les restaure et les envoie à travers le monde, pour que ces instruments soient joués dans des orchestres, et ainsi transmettre le souvenir des victimes et entretenir leur mémoire.

6Shares