Le Prix Nobel de Physique pour la détection des ondes gravitationnelles – Street art, Paris

Le 3 octobre 2017, Raider Weiss, Barry Barish et Kip Thorne ont reçu le Prix Nobel de Physique pour la 1ère observation expérimentale directe des ondes gravitationnelles.

Ces dernières, bien qu’ayant été envisagées en théorie dès la fin du 19è siècle, ont été prédites par Albert Einstein dès 1916 comme une conséquence de sa théorie de la relativité générale publiée l’année précédente.

Sa théorie propose une nouvelle interprétation de la gravité qui remet en cause la loi universelle de la gravitation formulée par Newton en 1687 dans ses Principia.
Einstein décrit ainsi la gravité non plus comme une force, mais comme la déformation de l’espace-temps par la présence d’une masse, d’un gros objet, genre un soleil. En gros, on peut regarder l’espace-temps comme une nappe tendue. Si l’on place sur cette nappe une boule de pétanque, cette dernière courbera le tissu de la nappe par sa masse. Présentée ainsi, la gravité apparaît donc comme une propriété géométrique de l’espace-temps.

Or dès 1916, Einstein se demande si par hasard – vu que l’espace-temps se courbe – des masses en mouvement ne pourraient pas produire des ondes qui se propageraient dans l’espace-temps, de même que le mouvement de charges électriques produit des ondes électro-magnétiques ou que le fait de jeter un pavé dans la marre ça fait des vaguelettes.

Ce sont ces ondes gravitationnelles qui ont été détectées pour la première fois en septembre 2015 par les interféromètres Ligo et Virgo, confirmant 100 ans après son énoncé la prédiction d’Einstein et obtenant ainsi le Nobel de Physique. Les ondes enregistrées ont été émises par la collision de deux trous noirs, il y a 1,3 milliard d’années. La portée de la détection de ces ondes gravitationnelles est de grande importance, leur démonstration expérimentale marquant la validation de l’ensemble des prédictions formulées par Einstein dans sa théorie de la relativité générale.


Sur le sujet des ondes gravitationnelles, je vous recommande vivement la video d’explication à ce sujet postée par l’excellent Science Etonnante au moment de l’annonce de leur détection en février 2016 ainsi que l’article correspond sur son blog.

Par ailleurs, en ce qui concerne les trous noirs (autre prédiction de la théorie de la relativité générale), mention spéciale à Kip Thorne qui, en marge de sa carrière académique, est conseiller scientifique pour le cinéma. Il a ainsi supervisé les aspects scientifiques de films comme Contact de Robert Zemeckis ou Interstellar de Christopher Nolan, et on lui doit notamment la superbe – bien qu’arrangée pour les besoins du cinéma – modélisation du trou noir que l’on peut y contempler.


C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. […] La deuxième idée du physicien découle directement de la précédente, la Relativité Générale. Si vous avez suivi l’actualité des Prix Nobel en 2017, vous avez pu entendre que le Nobel de Physique récompensait le 3 octobre, Raider Weiss, Barry Barish et Kip Thorne pour la 1ère observation expérimentale directe des ondes gravitationnelles. Ces ondes gravitationnelles sont une conséquence de la gravitation telle que l’envisage Einstein dans sa théorie de la Relativité Générale. Le truc fort, c’est que cette prédiction de la Relativité Générale a été observée expérimentalement  ans après son énoncé! […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Un… Deux… Trois… Lumière ! – Streetart par Bordalo II, Paris

La nuit tombée, la créature se glissait derrière le muret qui domine la route et guettait les voitures. Quand une candidate s'arrêtait au feu...

Renouer avec son fantôme – Streetart par Agrume, Paris

Il entra et reconnut immédiatement les lieux : cette vieille maison, son parfum, sa décoration hors d'âge. Cela devait bien faire quarante ans qu'il...

L’Arbre – Streetart par Pejac à Bushwick, New York

Arrivé au cœur de la ville, tout autour les pierres. Le regard sans horizon, sans demain, sans hier. Le froid dans la chaleur, les...