Portrait de Baudelaire – Street art par Orticanoodles, Vitry-sur-Seine

J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.

Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans,
De vers, de billets doux, de procès, de romances,
Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances,
Cache moins de secrets que mon triste cerveau.

C’est une pyramide, un immense caveau,
Qui contient plus de morts que la fosse commune. – Je suis un cimetière abhorré de la lune,
Où comme des remords se traînent de longs vers
Qui s’acharnent toujours sur mes morts les plus chers.
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées,
Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher,
Seuls, respirent l’odeur d’un flacon débouché.
Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
L’ennui, fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité. – Désormais tu n’es plus, ô matière vivante !
Qu’un granit entouré d’une vague épouvante,
Assoupi dans le fond d’un Sahara brumeux ;
Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
Oublié sur la carte, et dont l’humeur farouche
Ne chante qu’aux rayons du soleil qui se couche.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1857


Street art par Orticanoodles

C’est où?

Vous aimerez aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les histoires les plus appréciées

Complainte de la gazette – Street art de c_3, Vitry-sur-Seine

Je suis la gazette tatouée au grand coeur ! Chaque soir, je t’offre les nouvelles de l’heure, Horoscope, météo, le monde et ses malheurs. Parfois je m’inquiète...

La Révolution des Oeillets – Street art par Vhils au Palais de Tokyo, Paris

A 0h15 le 25 avril 1974, la radio portugaise Renascença diffusa cette chanson, Grândola, vila morena, qui marqua le début de la Révolution des...